BOXER CLUB DE FRANCE                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

 

A Manuel IZQUIERDO ALONSO 

Elevage de las ARILLAS

 

 

Ce Matin il parcourait de nouveau le jardin, comme chaque jour,

Electrique, radiant, inconscient de sa coléreuse beauté.

Le même jardin d’ Aravaca qu’ont parcouru avant lui plusieurs

Des meilleurs boxers de l’histoire.

Ils lui avaient conté à l’arrivée, et lui avaient fait comprendre le privilège

Que supposait être pour lui, de pouvoir partager un tel foyer.

Cependant, aujourd’hui il ne trouvait pas goût.

Il ne savait pas l’expliquer, mais il hébergeait en lui une extrême

Sensation de vide et de désespoir.

Il montra une fois de plus le museau à travers la grille par laquelle

Il le voyait arriver chaque jour, mais il a recommencé à contempler

Le silence d’une rue vide. Il se retrouvait seul, triste, inexplicablement        

Désorienté ! Et aussitôt il leva les yeux.

Au début il lui a semblé voir des nuages de formes capricieuses      ,

Bercées par le vent de ce matin si froid de novembre.

Mais tout de suite les formes se sont dessinées devant ses yeux

Et il l’a vu nettement : ils étaient tous là !... Fedor, Xanthos, Bello, Vic,

Boreas, Teck, David, Nick, Saverio et tous les autres, réjouis, courant,                            

Sautant  jouant, exultants de joie et de bonheur !

Il est resté immobile, écrasé par la beauté de cette vision.

Et quand il commençait à se demandait les motifs,…

De son âme déchirée il l’aperçu.

C’était lui, il était là les nourrissant, jouant avec eux,

Heureux aussi par la rencontre.

 

Manuel IZQUIERDO ALONSO, Manolo pour  les amis

De nouveau parmi ses boxers aimés, les boxers auxquels

Il a dédié sa vie.

 

Il a su alors qu’ils seraient bien, et la douleur de son désarroi

S’est évanouie pour laisser le pas à la sérénité.

 

Il a recommencé à parcourir de nouveau le jardin,

Electrique, rayonnant, inconscient de sa beauté coléreuse, Et

Tandis qu’il trottait il a juré de faire son possible de vivre le reste de ses jours La grandeur

De ses ancêtres, la grandeur qui lui  ferait le mérite de se rencontrer,

Un jour et dans un certain lieu de nouveau avec lui.

 

 

Manuel IZQUIERDO ALONSO  Grand entre les grands du Boxer

                        Reposez en paix

 

Source du Club Espagnol du Boxer